baniere detectivarium

Guillaume &
Mikajoh

Les légendes bretonnes

empreinte

Jusqu’à la Première Guerre mondiale, la culture bretonne était principalement de tradition orale. Elle se transmettait par la bouche de conteurs ou de bardes au cours des veillées. Les légendes constituaient alors l’essentiel de la littérature d’un peuple qui utilisait peu l’écrit. Des légendes si nombreuses que l’on disait qu’elles pourraient remplir mille livres.Conscients de cette richesse qui allait disparaître avec la mort des anciens, des hommes ont été de ferme en ferme pour collecter les histoires et les coucher sur le papier. Grace à leur travail, il nous reste un aperçu de la richesse de l’imaginaire d’antan.
Les thèmes étaient fort nombreux, mais certains personnages étaient néanmoins récurrents. Les êtres surnaturels étaient de ceux-là. En effet, il n’était pas rare de croiser au détour d’un conte, un korrigan venu jouer au héros un tour à sa façon ou une fée toujours prête à lui rendre service.

0. Agence Detectivarium
1. Les livres
2. Prochaines parutions
3. Les auteurs
4. Autour des livres

5. Jeux

6. Bonus

 


Plus inquiétant encore, il ne faisait pas bon rencontrer l’Ankou à la nuit tombée au risque de devoir grimper dans sa charrette. Ce serviteur de la mort avait la faux qui ne connaissait guère le repos. Gare au curieux qui aurait voulu le voir d’un peu trop près...

Le roi Arthur et ses chevaliers de la Table Ronde étaient aussi des acteurs de premier plan dans les légendes. Depuis le Moyen Âge, les poètes bretons racontaient dans les châteaux leurs exploits à la recherche du Graal. Merlin veillait sur leur quête, sauf évidemment lorsque ses yeux flânaient sur Viviane. Ne dit-on pas que la belle le retient toujours prisonnier dans un lieu secret de la forêt de Brocéliande ?

Les légendes de villes englouties sont nombreuses sur le littoral européen, mais celle de la ville d’Ys est toujours à l’heure actuelle l’une des plus célèbres. Le roi Gradlon avait une fille, Dahut, qui passait le plus clair de son temps à faire la fête. Une nuit, séduite par un chevalier vêtu de rouge, elle ouvrit les portes de cette cité construite sous le niveau de la mer alors que la tempête agitait l’océan. Son père ne put sauver la belle qui fut emportée comme les murs de la ville.

Le savais-tu ?

Les îles du sud de la Bretagne n’auraient pas vu le jour sans de tragiques histoires d’amour. En effet, trois fées furent chassées par leurs sœurs pour s’être éprises d’humains. De tristesse, elles jetèrent alors leurs couronnes de fleurs à la mer qui devinrent Belle-Île, Houat et Hoëdic. Les pétales qui se détachèrent formèrent ensuite la multitude des îles du golfe du Morbihan.

 
point interrogation
PARTENAIRES-contacts-plan d'accés-mentions légales